Nos premiers jours...

December 11, 2016

Mercredi 16 Novembre 2016 

France / Port Nouvelle

 

La plage en hiver, déserte à perte de vue... La méditerannée face à nous est scintillante de lumière. Mylène au loin photographie notre Lily en équilibre sur des rondins échoués sur le sable.  Je me dis que le voyage débute enfin ! 

Désertée par les baigneurs et les touristes, la plage tout entière semble nous appartenir.  Les rares habitants que nous croisons sont des personnes du troisième âge, profitant très certainement du calme et des embruns venus du large. Nous n’avions pas encore vu le Casino...

 

La majorité des boutiques sont fermées si bien que Port Nouvelle à des airs, en certains endroits, de ville fantôme. Peu importe, nous avons trouvé place face à la mer, Mylène trouvera sûrement quelques panoramas à se mettre sous l’objectif. 

 

La soirée fut douce, installés dans nos lits à 21H00. Pour s’endormir, nous avons mis à l’écran "La folie des grandeurs", avec Montand et De Funès. C’était la première fois que nous proposions ce film à Lily. Je lui expliquais qu’il entrait dans mon top 10 des meilleurs films, lui comptant le nombre de fois que je l’avais vu enfant, au point d’en connaitre les dialogues par coeur. 

 

 

Jeudi 17 Novembre 2016 

France / Port Leucat

 

Levés ce matin à 8H00. Le soleil nous réchauffe déjà et nous tombons les manteaux. On ne cesse de se répéter que l'on a de la chance d'être là. La journée devrait être belle ! Néanmoins, pour Lily, il lui aura fallu passer une évaluation d’instruction civique ainsi qu’une d’art visuel, avant de partir profiter de ce temps radieu pour la période de l’année. Sérieuse jusqu’au bout, entre 11H et midi, nous sommes partis nous promener sur la ballade remontant la plage. 

  Nous n'avions qu'une idée, nous recharger en eau. Les bouteilles se sont vidées les unes après les autres et nous ne nous en sommes pas rendus compte. Il nous faut, au moins,  nous réaprivisionner pour la vaisselle afin d’économiser l’eau potable. Hélas, difficile de trouver notre bonheur car la période n’est pas touristique. En conséquence, les douches et fontaines sont coupées et le seul WC public ressemble à une cabine de chantier. Impossible pour nous de trouver une goutte d’eau et nos 5 bouteilles vides sont bien légères,  pour Lily qui porte le sac. En poursuivant plus loin encore sur la promenade, jusqu’à une sorte de TETRIS d’habitations saisonnières, nous croisons un couple bras dessus, bras dessous. J’accoste le Monsieur pour savoir s’il a connaissance d’un point d’eau «valide» dans le secteur. Je lui explique que tous ceux que nous avons testés sont à sec. Il me répond que cela est normal vu la période. Nous ne trouverons rien.  La tuile ! Pensons nous simultanément avec Mylène en nous regardant. 

     

Le couple suit son chemin et nous restons tous deux un peu bétas. Faudra t’il que l’on change de spot pour dormir, dans l'espoir de nous raprocher d’un point d’eau ? Soudain, la voix de Lily qui avait échapée à notre regard, semble briser le chant permanant des vagues s’éclattant sur le sable. «Papa ! Maman ! Ici j’ai trouvé !!» Quelle mauvaise blague nous réserve t’elle encore ? A 10 mètre de nous, la petite se tient à coté d’une douche du genre de celle que nous avons pu tester tout du long. Nous doutons donc de sa découverte et pourtant... Comme un miracle, la douche fonctionne, Lily ayant du tomber par hasard sur la seule restée ouverte. Le temps de nous constituer un entonoir de fortune et nous voilà tout heureux en train de remplir nos bouteilles.  Midi est passé assez largement et il nous faut revenir au van pour manger. Je prends les devants avec le sac de bouteille remplis,  avec l’idée d’avancer les préparatifs du repas...